Distribution spatiale et population

Oiseaux.info par Damien Thiebault

Distribution spatiale


Les différents groupes d'oiseaux ne sont pas répartis de façon uniforme à la surface du globe. Il y a très peu d'espèces cosmopolites (chouette effraie) et, pour toutes les autres, l'aire de répartition, c'est-à-dire la zone où l'espèce se reproduit régulièrement, est bien délimitée. Certains groupes ne se rencontrent que sur un continent, où ils sont qualifiés d'endémiques : les colibris ne vivent qu'en Amérique, les pintades sauvages qu'en Afrique. La répartition des espèces varie aussi selon l'altitude, le climat, la nature du terrain et de la végétation qui le recouvre.


Certaines ont des exigences très précises et ne peuvent vivre en permanence en dehors du biotope qui correspond à leurs besoins : l'outarde canepetière a besoin de vastes espaces et ne pourrait vivre en forêt, car sa biologie et sa morphologie sont entièrement adaptées aux paysages dégagés. À l'inverse, chez certaines espèces comme la corneille noire eurasiatique, la " valence écologique " est très grande, c'est-à-dire qu'elles sont capables de vivre dans des milieux très différents (villes, campagne cultivée, bord de mer, etc.), parce que leur régime est omnivore et que leurs exigences sont relativement faibles.


Les différentes espèces qui forment l'avifaune nidificatrice d'un pays comme la France (environ 265) sont donc plus ou moins localisées et on peut distinguer une faune marine (guillemots, fou, pétrel), une faune montagnarde (accenteur alpin, chocard, niverolle), une faune aquatique d'eau douce (hérons, canards, martin-pêcheur) et une faune méditerranéenne (glaréole, guêpier), pour ne citer que les catégories les mieux délimitées. Le nombre des espèces présentes sur chaque continent est en quelque sorte le reflet de la richesse en milieux naturels différents de chacun. À cet égard, le plus riche est l'Amérique du Sud, où l'on en a recensé 3 000. L'Afrique en compte 1 481 et l'Europe seulement 580 (y compris les espèces accidentelles non nicheuses). Cette situation n'est pas statique : certaines espèces étendent leur aire de répartition et colonisent des régions où elles étaient inconnues auparavant ; l'exemple le plus récent est celui de la tourterelle turque, qui, depuis 1950, a envahi presque toute l'Europe occidentale.


Population



Une population d'oiseaux est l'ensemble des membres d'une espèce qui vivent sur une surface donnée. Ainsi, en France, la population de grands cormorans comptait 780 couples en 1981. Pour des espèces de petite taille, elle se chiffre par millions dans certains cas (en Finlande, on a estimé à onze millions le nombre d'individus du pouillot fitis, petite fauvette forestière). Ces effectifs ne sont pas stables, car de multiples causes réduisent le nombre des représentants de l'espèce, tandis que la reproduction vient compenser ces pertes. La mortalité peut être due à la prédation qu'exercent les animaux rapaces (Mammifères, Oiseaux, Reptiles, Poissons, certains Crustacés), à des parasites, à des maladies, au climat (froid, grêle, pluies diluviennes, vent), à l'épuisement au cours des migrations, aux accidents (collisions avec les automobiles, les avions, les phares, câbles, antennes de télévision), à divers empoisonnements (pesticides, mazout), à l'action directe de l'Homme qui chasse certaines espèces et influe sur les autres par les modifications parfois radicales qu'il impose à leur habitat (création de barrages, assèchement d'étangs, abattage de forêts). À l'échelon local, la limitation du nombre s'effectue aussi, naturellement, du fait de l'instinct territorial : une forêt de 500 ha par exemple ne pourra abriter plus de deux (au maximum trois) couples de buses.


Créé le 30/11/2002 par Damien Thiebault


A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts
Mis à jour le 19/03/2014 14:29:41 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Distribution spatiale et population